« Fabriquer ses propres cosmétiques », débriefing de ma formation ♥ !

2 Flares 2 Flares ×

Coucou tout le monde !

Voilà maintenant presque 2 semaines que je suis rentrée de ma formation et voici venu le temps de vous en parler un peu !

Pour celles qui n’auraient pas suivi, je suis partie une semaine en Dordogne, et plus précisément à Mauzens Miremont pour une formation de 5 jours auprès de la structure Biobulle pour apprendre à faire mes propres Cosmétiques 100 % naturels, bios et écologiques. Naturels car à base de plantes et produits de la nature, Bios parce que ramassés à l’état sauvage ou provenant de producteurs Bio, et Ecologiques car issus de ce « qui pousse dans le jardin » ou pas très loin en tous cas (pas ou très peu de produits d’importation).

C’est une vision assez simple et pourtant rare, Marie-Luc Sarrazin (la responsable du stage) en a fait sa devise, « Il faut que ça pousse dans le jardin ou que ça puisse y pousser » (ou pas trop loin en tous cas) quand cela est possible ^^ La nature proche de nous regorge de plantes, fleurs qui nous sont bénéfiques et ont des propriétés recherchées en cosmétique. Nous n’avons donc utilisé aucun beurre de karité ou autre huile de coco ou fruits exotiques mais des matières premières de « proximité » comme la cire d’abeille, le vinaigre de cidre (PH neutre) bio, des huiles de tournesol, olive bios, des macérats et hydrolats de plantes de nos campagnes (et il y en a tant avec des propriétés)… et jamais d’eau (sauf pour les savons). Dans l’eau se développe la vie, pas d’eau = pas de risque de développement des bactéries = pas de conservateur ou très peu et naturels. Pourtant levez-vous là maintenant, rendez-vous dans votre salle de bain et saisissez vous de 5 produits de beauté au hasard et regardez le premier ingrédient…Allez-y, j’attends 😉 Aqua/Water… ben ouais, je le savais déjà mais j’achète moi aussi au prix de l’or de la flotte bien emballée et surtout bien vendue (belle pub, beau discours, joli pot, peau de rêve photoshopien de l’égérie…). Sachant que les ingrédients sont inscrits par ordre croissant (le premier est celui que l’on retrouve en plus grande quantité) …ça laisse songeur.

Une autre chose qu’elle a tenu à nous rappeler est qu’il faut 1 à 4 tonnes de plantes / fleurs pour obtenir un litre d’huile essentielle… pour finir crâmée dans nos diffuseurs à odeurs sympathiques (dont je suis -étais ? – la première friande)… Pour Marie-Luc les huiles essentielles sont avant tout des médicaments et elle en utilise très peu, ou pour se soigner.

Je ne vais pas vous détailler le stage, ce serait trop fastidieux, mais je garde de cette semaine un souvenir très fort qui va m’accompagner au delà de ce que j’ai pu apprendre en termes techniques. La « formatrice » diffusait son savoir avec générosité et joie et les autres stagiaires (5 autres filles) étaient elles aussi géniales et touchantes, on a passé une super semaine entre nanas !!

Nous avons le premier jour effectué une grande ballade (sous la pluie ^^) à travers champs et bois et avons ramassé et appris les propriétés de quelques plantes pour confectionner un herbier (violette, pimprenelle, plantin, fraisier, pâquerette, ronce, lierre et j’en passe…), l’après midi nous avons révisé et complété notre herbier (toutes les plantes ne sortent pas au même moment ^^). On a ensuite appris à utiliser ses plantes sous forme de macérats huileux ou aqueux…qui serviront ensuite (pour l’instant ils macèrent toujours) tels quels ou comme ingrédients. Nous avons appris à fabriquer (et donc confectionné ensemble) des lotions capillaires et visage, des crèmes de jour et une de nuit, un baume, un lait pour le corps, deux shampooings, un gommage, un masque, des démaquillants… et bien sûr des savons solides, liquides… avec le principe de la saponification à froid entre autres. C’était vous vous en doutez assez dense mais hyper riche et parfois désarmant de simplicité ! Nous avons également pris connaissance de la législation, des obligations en cas de commercialisation, de « la paperasse » et des frais liés à la création d’un produit destiné à la vente, les différents labels de certification bio, que doit contenir comme info une étiquette, bref l’aspect juridique et administratif de « la chose ». Je suis rentrée avec un paquet de produits dont voici un petit aperçu…

DSCF5040

Il en manque car certains sont en cours d’utilisation et les savons sont en train de sécher (encore deux bonnes semaines). Bien-sûr je vous montrerai leur tête une fois secs 😉 J’ai acquis une tonne de connaissances à enrichir, détailler, appliquer. Je suis ravie de tout ce que j’ai appris, le stage était largement à la hauteur de mes attentes. Je suis impatiente de mettre tout ça en application, en tous cas pour les savoir faire, car je ne sais pas si je pourrai m’astreindre à n’utiliser que ce qui pousse dans le coin, je l’avoue. Mais il est certain que je vais utiliser mes matières premières en conscience et que je vais faire beaucoup de cueillette (en tous cas essayer), et j’ai déjà planté quelques fleurs et plantes 🙂 Je m’emballe un peu, je verrai dans le temps, mais ce qui est sûr c’est qu’il y aura des suites. Pour l’instant je m’équipe doucement, petit à petit et je lance des macérats… La nature et la cosmétique maison écolo appellent la patiente, qui n’est pas forcément ma qualité première 😉

Je suis également un peu plus (encore plus) méfiante des étiquettes et suis souvent dupe de la mousse qui ne sert à rien et des odeurs synthétiques (non la mousse ne sert à rien, et pourtant dans ma tête si ça ne mousse pas ça ne lave pas, ce qui est faux)…je ne compte pas révolutionner du jour au lendemain mon vanity et ma salle de bain (vous connaissez mon amour des packagings craquants) mais je garde ces notions en mémoire, c’est certain.

Mes premiers tests vont se diriger vers des baumes et des savons, mais j’ai aussi très envie de fabriquer un scrub pour les lèvres…et j’ai confectionné le week-end dernier une bougie parfumée au Patchouli…mais ça je vous en reparle bientôt 😉 J’ai aussi fait une crème pour les pieds pour mon chéri (c’est moins glamour je vous l’accorde ^^).

Et vous les filles, êtes-vous des convaincues de la cosmétique maison ? Vous sentez-vous concernées par les étiquettes de vos produits ? Vous détestez ça, ou vous avez envie de vous y mettre ?

Bon week-end à vous, moi je pars bosser sous la pluie 😉 ♥

2 Flares Twitter 0 Facebook 2 Google+ 0 2 Flares ×
  • 0

    Overall Score

  • Reader Rating: 0 Votes

Share

You May Also Like